About the Partnership
Why Teach Journalism in Rwanda
Our Teachers »
Get Involved
Support This Project
Our contributors
NUR School of Journalism
and Communication

 
 
   
 


Marc Bourgault

 

Marc Bourgault's Notes From the Field

September 10, 2007

To my great pleasure, after a week in Butare, I am starting to ease into the project and the requirements of University teaching.

I am very pleased with the respect shown between colleagues of  Rwanda Initiative, of different age, professional backgounds, language, etc., as it is not easy for people who were complete strangers the day before to start living in the same house, sharing meals, bathrooms… stories, etc.

All of them : Shelley, Margaret, Jill and Jennifer, have helped me at some point with some important aspect, as I am new here. Even simple things, I had to learn. How to use the phone, texting in particular, the directions to the house and the University, the way to our office there, to the class in a different building, etc. They introduced me to important people in the school of Journalism : Chantal, Jean-Bosco, Dominique. Everything is new to me, as well as the wonderfull scenery around the city and the people that inhabit the hills or come to the market to sell their produce.

I have also come to face some of the limitations of teaching in a developping country : for now, the internet is not very fast ; there are frequent interruptions as well as power outages. But there are also some advantages. First : all students have cell phones and are constantly in touch with one another, and with me if necessary. A meeting can always be set up very fast. The other thing is the institution of “Chef de classe”, a student chosen by consensus, not by election, by the students to represent them.

I am pleasantly surprised by the students in my class. The first day, they were supposed to be 11of them, but one is in Canada and is not expected to return. I already tought two classes, each with 80% attendance.

We already have agreed on a class project : two programs, one audio, one video, on the problems and opportunities presented by Lake Kivu. The lake is situated right next to a volcano and there is a huge amount of gas popping up from the bottom, dissolved in water as if it was in a bottle of champagne. This situation is similar to that of Lake Nyos, in Cameroon. When the gas suddenly escaped from the lake, some years ago, more than a thousand people died.

What is there to do to avoid such a fate for the two million people living around lake Kivu ? Already, people have died because they swam in some areas of the lake. The gas also presents great opportunities, if it could be harnessed. Some say it could satisfy the energy needs of the country for a long time.

We have already agreed that, this week, students will do interviews on various aspects of living near Lake Kivu, a living time bomb. Students will research the issue from scientific, economic, social and environmental perspectives and their material will be used to put together a 30 minutes radio program in French as well as serving for research for the TV program we will be shooting next week.

Joseph, the chef of the class I am teaching is already learning important skills. Together, we prepared a budget for the field trip next week, and had to modify it several times. Not only that, but money is scarce and we do not have sufficient funds for our projects. So, after eliminating all we could from our draft, we still had to get additionnal funding from various sources. It’s not much if we consider our standards in Canada, but it’s a significant amount of money here. But, with the help of Allan, we will get there…

I had this idea of doing radio and TV documents on Lake Kivu, while preparing myself to teach my first course. This sounded appealing for various reasons. First, I don’t think there are programs comprehensive enough to deal with what is a very complicated issue and serious problem. So there is a need here to explain the whole issue to the population, exposing the risks and opportunities presented by Lake Kivu and the choices they have. Secondly, I didn’t want to give the students the same course as the excellent one they received from Andy Clarke, last year when they were in second year. Talking with students on my first day of teaching, I told them about that idea I had, insisting there might be better ideas, and that we should not jump immediately on this one.

So we investigated different possibilities, including the coffee industry, tourism, the ending of the tribunal in Arusha, etc. Finally, on our second meeting, there was a consensus in the class to settle for the project on Lake Kivu. Immediately, I gave assignments to all the students, according to their interests, even the two that were not there that day, and everybody is now out there working, knowing exactly what is expected from them, and the timetable.

During the course of this week, I will meet individually with them to help them get moving in the right direction. Friday, we will listen to the audio material they will have gathered. We also have to make a detailed plan for the field trip, next week, to Lake Kivu, where we will be shooting footage to illustrate our findings for the 30 minutes TV program we are putting together.

Before we left, I tried to emphasize the importance of good research and planning in any TV or radio journalistic enterprise. One student asked : “What do we do if, say, the mayor of Gisenyi does not want to give us an interview ?” That was an excellent point but I made clear that this could not  in any way be an excuse to stop there and do nothing. There are other officials knowledgeble on the subject. There are other mayors along the lake and people in other positions. I tried to show them that there are all sorts of ways around that kind of problem and that a journalist must never feel trapped, because he then feels paralysed. When a problem of this kind occurs, and it often does, one has to let his imagination kick in to find alternatives. In this instance, the mayor of Gisenyi is one of many possible interview subjects.

I think that our discussion gave them confidence in the future of the course. I hope this spirit will endure till the end, with good attendance and participation.

I have noticed though that some students arrive late for the course and that others disappear after a while, i.e. after I have verified attendance. I think that from now on, I will take presence only at the end of the course period.

One problem area: I had wished we could add an international aspect to the reporting, as Lake Kivu sits at the border with Congo. But, the situation there is too dangerous for us to go there. As for a phone interview with people there that could be recorded for radio, which would be a cinch to organize in Canada, it is deemed too expensive here.  

Shelley  came up with a suggestion : Couldn’t we use Skype for the radio interview which would cost almost nothing ? Unfortunately, after checking it out, I found there was not enough bandwith.

So we still have to deal with the international implications, but there are ways around that, aren’t there?

^Top

7 septembre 2007

Hier soir, j’ai envoyé mon premier topo à Radio-Canada. Il porte sur une recrudescence des combats entre factions rivales au Congo. Pour l’écrire, il m’a fallu retrouver mes réflexes, le ton approprié. Après dix ans, ce qui n’est pas évident. J’ai envoyé un mail avec le texte à l’affectation nationale radio, à Montréal, leur demandant si un topo les intéresserait. Quelques heures plus tard, quand je suis retourné vérifier dans un café internet s’il y avait une réponse à mon mai, j’ai été surpris de voir qu’il y avait, non pas une, mais trois réponses. On était très anxieux d’avoir mon papier le plus vite possible, d’autant qu’un cessez-le-feu venait tout juste d’intervenir.

J’ai eu tout juste le temps de finir d’envoyer avant la fermeture du café. Puis, il a fallu trouver une moto-taxi pour rentrer. Alors qu’il y en a une multitude pendant le jour, ils sont plutôt rares, le soir. Finalement, j’en ai trouvé un qui a accepté de me prendre. On était à la moitié du chemin quand la pluie nous a surpris, se mettant à tomber d’un coup, sans avertissement, une pluie tropicale, très drue, qui vous laisse trempé jusqu’aux os en quelques secondes à peine. La saison des pluies est un peu en avance, m’a-t-on dit.

Je lui ai promis un bon pourboire s’il m’amenait à bon port. Il m’a laissé devant la porte. Aussitôt qu’il a été reparti, de me voir tout mouillé, j’ai éclaté de rire. Je suis entré, puis une fois séché, je suis allé au lit.

5 septembre 2007

Premier cours avec les étudiants. Ça s’est passé aussi bien que possible. Huit sur les onze inscrits étaient présents. Deux étaient absents, la dernière, Providence, est au Canada et ne sera pas là du tout.

On a discuté de sujets possibles, entre autre les craintes et les espoirs que suscitent la présence de gaz méthane au lac Kivu. Les étudiants aimeraient beaucoup y aller dans le cadre du traditionnel projet de classe. Les coûts les effraient un peu. Ils se demandent si l’université va accepter de payer. Consultée, Shelley se montre d’avis qu’on devrait aller de l’avant, quitte à demander à Initiative Rwanda d’allonger une partie de ce qui manque. C’est quelque chose que je devrai régler demain, la responsable des questions administratives étant absente aujourd’hui. Elle est juge d’une Gacaca, sorte de tribunal populaire pour juger les coupables du génocide et en même temps les réintégrer dans la communauté. Comme tous les mercredi, ce tribunal siège et toute activité s’arrête dans le pays.

Une étudiante m’a demandé si le groupe pouvait travailler pour une diffusion en kinyarwanda. En Haïti, j’ai beaucoup travaillé avec des journalistes qui écrivent en créole. Même si je ne comprenais pas tout, j’arrivais facilement à comprendre si la structure était correcte. Mais le kinyarwanda, c’est autre chose. Alors on va fonctionner en français.

^Top

Premières impressions 4 septembre 2007

Je venais à peine de commencer ma première promenade dans les rues de Butare, quand j’ai été surpris par une forte pluie.  Attablé à la terrasse heureusement couverte du Petit prince, le restaurant d’un hôtel du quartier de Taba, j’ai bu mon café tranquillement en attendant que la pluie cesse. Presque tout de suite, un homme longiligne m’a apostrophé, presque un vieillard.

Anglophone d’allure plutôt distinguée, très droit, la tête presque renversée en arrière, il portait un foulard de laine enturbanné autour du cou malgré la relative chaleur. Rwandais d’origine, il a longtemps vécu au Kenya. Il m’a raconté travailler pour une organisation internationale dans le domaine de la santé.

Rapidement, la conversation a bifurqué sur un sujet qui semblait l’intéresser fortement : la campagne électorale américaine. Il voulait savoir si Barak Obama avait quelque chance de devenir président ? Je lui ai répondu que, selon moi, madame Clinton allait l’emporter, mais que si elle a du courage, elle le choisira comme candidat à la vice-présidence.  Il a pris un air un peu déçu, comme si la vice-présidence était une sorte de prix de consolation. La pluie cessant, il a pris congé.

J’ai repris ma promenade. Les maisons du quartier de Taba à Butare sont toutes entourées de murs épais. La plupart ne dépareraient pas un quartier de classe moyenne de Miami ou des environs de Nice ou Cannes, en France.  Des feuilles de bananiers pendent au dessus de leurs enceintes et on ne perd jamais de vue la campagne proche. Aucune rue n’est pavée et la poussière rouge se soulève à tous les passages de voitures. Dans quelques rues plus large, des ouvriers creusent un fossé sur un côté de la route. À la veille de la saison des pluies qui va bientôt commencer, c’est une bonne nouvelle. La terre enlevée est posée sur le côté de la route et filtrée à travers un sas par des enfants, dont le plus vieux doit avoir à peu près douze ans. Rien n’est perdu, le sable récupéré servira ailleurs, le gravier aussi.

Un peu plus loin, d’autres enfants, plus chanceux, reviennent de l’école. Un uniforme d’un bleu appuyé les distingue. Plusieurs me saluent en français. Venant d’une maison, j’entends une chanson québécoise entonnée par une interprète dont je ne connais pas le nom et la suite de la même chanson quelques maisons plus loin. J’en conclus que ce n’est pas un disque et que ces gens écoutent Radio-Salus, où plusieurs de mes futurs étudiants travaillent pour arrondir leurs fins de mois.

Évidemment, je me suis perdu et j’ai été très en retard pour l’excellent dîner préparé par Jean. Notre cuisinier a un faible pour la cuisine française, bien que lui-même soit végétarien, ce qui est quand même un curieux paradoxe ! 

L’après-midi, j’ai accompagné Shelley à l’université pour une première visite. Toutes les classes ont des fenêtres et je peux apercevoir des professeurs écrivant au tableau des formules mathématiques compliquées auxquelles je n’ai jamais rien compris. Sur les babillards des murs extérieurs, des affiches proposent des bourses et des stages post-doctoraux.  C’est ma première visite dans cette institution fondée par un Québécois, le père Lévesque.

Un jour, il y a bien des années, au Café Cherrier, j’ai été présenté brièvement au père Lévesque par un collègue journaliste rwandais travaillant à Montréal. Le père était déjà vieux et se déplaçait difficilement. C’était son anniversaire et Léo l’avait invité à déjeuner. Qui aurait dit qu’un jour, j’enseignerais pour un mois dans ce lieu qu’il a fondé, où se trouvait auparavant une école primaire où Léo a appris l’alphabet dans les années cinquante !

Aujourd’hui, un auditorium porte son nom à l’Université nationale du Rwanda.

C’est un très beau campus avec un édifice principal carré qui entoure une cour aménagée avec un soin maniaque. Les Rwandais sont un peuple avec de bonnes manières.

Je dois donner mon premier cours demain. Ce sera une expérience toute neuve qui me donne quelques appréhensions. En attendant de rencontrer la responsable de l’attribution des locaux de l’université, Shelley m’a installé dans le bureau plutôt confortable que je vais partager avec elle et  Margaret Jjuuko, professeure d’origine ougandaise.

À la fin de la journée, nous sommes revenus à pied, Shelley et moi, une promenade d’une demi-heure à travers la fumée relâchée par le diesel des voitures et des camions et aussi par les innombrables feux de charbon de bois, qui est le combustible universel de toutes les cuisines ici.

Ma valise perdue est finalement arrivée hier soir, grâce à Solange, notre fixer à Kigali, et aussi grâce à Melissa, qui était en ville pour la journée avec ses étudiants et qui me l’a rapportée au retour dans l’autobus de l’université.

À table, la conversation porte sur les travaux des étudiants, sur la difficulté qu’il y a à transmettre une connaissance élaborée dans un tout autre contexte, quand les moyens techniques ne sont pas toujours pas là.

Ce fut une bonne journée.

^Top

L’arrivée 1 septembre 2007

Du haut des airs, j’aurais pensé voir au moins quelques lumières de temps en temps, signalant un campement ou un village, mais ce fut un tapis ininterrompu d’épais nuages depuis la Méditerranée jusqu’au Rwanda. Je suis arrivé à Kigali sans mes bagages. Curieusement, je m’y attendais un peu. Sont-ils restés à l’escale d’Adis-Abeba ? Si c’est le cas, je les récupérerai sans doute aujourd’hui avant mon départ pour Butare, dans le sud du pays.  

Subitement, j’ai des doutes quant à ma capacité à enseigner les matières qui me sont assignées. Au plan technique, je me sens dépassé.  En tant que réalisateur d’une émission essentiellement produite en studio, je n’ai plus fait que des montages sommaires depuis sept ou huit ans, en utilisant des moyens simples.  Sans doute aussi les étudiants auxquels je vais enseigner en savent beaucoup plus que moi là-dessus. Et il y a tous ces reportages que je me suis engagé à faire.

Après deux jours de route, je suis arrivé ici dans un état d’épuisement total. Malgré la fatigue, je suis sorti avec Solange faire quelques achats, chemises, bas et caleçons pour que je puisse me changer, de quoi tenir pendant deux jours, le temps que mes bagages arrivent. J’ai aussi acheté du shampoing et du savon. On est revenus en moto-taxi, c’est moins cher que la voiture.

Plus tard, je suis allé avec Brock, un étudiant de Carleton, dans une foire commerciale où j’ai réalisé quelques interviews qui pourront servir à un éventuel reportage. Le sujet : Les Rwandais ont-ils suffisamment tiré les leçons du génocide pour aller de l’avant et améliorer leur sort ?

Le Rwanda est en voie de réussir ce qui avait toujours été raté jusqu’ici : un développement économique ordonné. Singapour sert de modèle, un modèle qui a aussi bien des défauts. Mais jamais auparavant le pays n’a connu un tel niveau de développement. Rien de comparable à Haïti, où j’ai passé un mois, il y a deux ans, qui m’avait semblé un pays à l’agonie.

^Top

Postings

September 10, 2007

7 september 2007

5 september 2007

Premières impressions 4 september 2007

L'arrivée 1 september 2007

 

 

 

 

 
    © 2006 Carleton University School of Journalism and Communication DESIGN: SMDESIGN